Accéder au contenu principal

 
Pourquoi Dédys peut aider à passer d'une représentation perceptive à une représentation symbolique du nombre?

Dans Dédys, le nombre en chiffre arabe est doublé de sa quantité sous forme de constellation de points et peut être lu par une synthèse vocale. Un double codage pensé pour renforcer l'intuition du nombre. 

Comme ne cesse de le dire Michel Fayol, le jeune enfant de 3-5 ans a des connaissances sur les nombres mais elles sont approximatives. La cardinalité est une notion qui met du temps à s’installer et qui n’est souvent pas totalement acquise à l’entrée au CP. Pour le jeune enfant, le nombre n’est pas indépendant des qualités perceptives (trois points sur un domino) ni des qualités de mise en œuvre (trois c’est trois jetons dans ma main ou trois bonbons dans un sac). Passer de traitements perceptifs à des traitements symboliques où le nombre apparaît en chiffre arabe séparé de sa dimension analogique est un véritable défi, un défi long, inégal en difficultés selon les enfants et totalement semé d’embuches pour les enfants atteints de troubles spécifiques du langage, de trouble de l’attention, de la coordination ou d’une forme de dyscalculie touchant ce qu’on nomme l’intuition du nombre, une capacité naturelle, innée, permettant  de discriminer de façon exacte des petites quantités jusqu’à trois (subitizing) et d’estimer de façon approximative des quantités un peu plus grandes.

Ce que sait un enfant à l’entrée au CP

A l’entrée au CP, au sortir du cycle 1, après trois ans d’école maternelle, un enfant connait les noms des nombres, dans un ordre stable, jusqu’à trente environ et il sait en écrire non tous, mais plusieurs sous leur forme symbolique en chiffre arabe. Du moins c’est ce qu’on attend de lui. En vérité, les performances d’un enfant à l’autre à l’entrée au CP sont très variables.

Le dénombrement, activité certes complexe, nécessite de faire correspondre terme à terme des items et des noms de nombres, de ne pas se tromper dans la comptine numérique et d’avoir une notion claire de la notion de cardinalité. Peu d’enfants, moins de la moitié, maitrisent ces trois compétences ensemble à l’arrivée au CP. C’est donc des compétences qu’il va falloir continuer d’entraîner et d’ancrer au départ du cycle 2.

Erreurs autour du nombre 

Parmi les élèves du premier degré, certains enfants en raison d’un handicap, souvent non encore décelé, rencontrent davantage de difficultés avec les nombres, enfants dyscalculiques mais aussi dyslexiques, dysphasiques, TDAH ou dyspraxiques.

Pourquoi les enfants dyslexiques peuvent-ils éprouver des difficultés dans le domaine du nombre ? Et non pas dans celui exclusif de la lecture ? Sans doute car le nombre n’est pas qu’une question de compétences en calcul, le nombre demande l’acquisition d’un code verbal (le nom des nombres) et écrit (les chiffres arabes), des habilités qui peuvent être empêchées en cas d’existence d’un trouble du langage. Le nombre est donc lié au langage, mais aussi à l’espace (représentation analogique d’une quantité) et demande des capacités d’attention, de mémorisation, de discrimination qui sont fragiles chez les enfants atteints de troubles cognitifs spécifiques quelque soit le domaine (attention, langage oral et écrit, coordination, visuospatial).

Passer d’une représentation perceptive à une représentation symbolique

Dédys se veut un outil inclusif d’étayage et de renforcement pour travailler spécifiquement la construction du nombre avec l’ensemble de la classe et notamment les relations entre les quantités analogiques et les désignations symboliques, orales (les noms des nombres) et écrites (les chiffres arabes). C’est cet apprentissage qui doit se faire à l’école et c’est lui qui permettra peu à peu de quitter la représentation perceptive pour une représentation symbolique, porte d’entrée pour un monde fait d’abstraction où le nombre devient une idée et non plus seulement une intuition.

Au-delà des capacités primitives

L’intuition du nombre pour la recherche en psychologie cognitive est une capacité présente dès la naissance, permettant au nouveau-né de discriminer de très petites quantités (des petits objets), 1, 2, 3 et d’en comprendre certaines transformations (petit ensemble de 1, de 2 où je retire ou ajoute 1). Cette intuition permet également de comparer de façon approximative deux quantités un peu plus grandes, de les jauger, pour déterminer la quantité la plus grande.

Le modèle du triple code

Au-delà de ces quantités perceptives et concrètes qu’il est possible d’approximer ou de manipuler en dehors même de tout système symbolique dédié, il existe un système culturel propre à différentes civilisations avec l’introduction de représentations symboliques orales (le nom des nombres) et écrites (les chiffres arabes) qui permettent non plus simplement des transformations mais des véritables opérations sur les nombres, grâce à des procédures codifiées et automatisées.

Selon le modèle de Cohen et Dehaene (1992) il existe trois formes de représentations des nombres, une représentation analogique non symbolique (l’intuition du nombre qui permet de comprendre des petites quantités, ou de dénombrer approximativement des quantités un peu plus grandes en utilisant la constellation du dé, des cailloux, les doigts de la main), une représentation verbale (le nom des nombres) et une représentation écrite (les chiffres arabes). Ces trois codes, le code analogique, le code verbal et le code écrit correspondrait à des réseaux de neurones bien particuliers. Ces trois codes, bien que distincts, sont en relation et nous permettent de saisir la dimension abstraite du nombre. Ils sont aussi sources d’erreurs, notamment chez les enfants qui peuvent avoir du mal à faire le lien entre code analogique (non symbolique) et codes symboliques verbal ou écrit.

Dyscalculie primaire ou secondaire

Selon Michèle Mazeau, il existerait deux grands types de dyscalculie et de nombreuses raisons d’être en difficulté avec les nombres. La dyscalculie primaire correspondrait à une atteinte de nos capacités primaires – celles que Dehaene regroupe sous l’appellation d’intuition du nombre et qui correspond à notre capacité de traiter dès la naissance des petites quantités (subitizing) et d’estimer de façon approximative des quantités un peu plus grandes. La dyscalculie secondaire – comme celle dont souffre de nombreux enfants dyspraxiques – toucherait davantage les modes de représentations symboliques, verbales et écrites, en relation avec les capacités visuo-spatiales notamment.

Double codage


Dédys souhaite renforcer la construction du nombre en travaillant le passage entre perceptif et symbolique. Le principe de Dédys est de doubler systématiquement les nombres écrits (en chiffre arabe) de leur représentation analogique (la constellation Dédys) et orale (le nom des nombres). Ce double, triple codage – le nombre en chiffre arabe est lu par une synthèse vocale et doublé d’une quantité sous forme de constellation de points - a pour objectif de renforcer la mémorisation et l’automatisation du code symbolique écrit et oral de notre système décimal.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dédys , la nouvelle ressource gratuite et inclusive contre la dyscalculie est en ligne!

Difficultés en mathématiques : renforcer l’intuition du nombre, l’attention visuelle et les capacités d’imagerie

Il peut paraître étonnant de parler d’intuition dans le domaine des mathématiques. Cette intuition, bien qu’approximative, ne serait en vérité qu’une capacité innée de percevoir et d’appréhender des grandeurs et des quantités dès la naissance, avant même tout enseignement des nombres et de leurs valeurs symboliques. Un sens inné et universel (ou presque)? Les capacités d'accès au nombre ont été démontrées dès 1978 par Gelman et Gallistel, puis plus largement par Wynn dans les années 90. Dans ces travaux, Wynn montre que des bébés de 4 mois ont la capacité de mener des opérations d'addition ou de soustraction sur de très petites quantités. Si on cache deux objets derrière un paravent, que l'on en retire ostensiblement ou ajoute un, un nourrisson s'attend à voir le nombre exact une fois le paravent enlevé, trois en cas d'ajout, un en cas de suppression. Si les objets présentés ne correspondent pas à au décompte exact, le nourrisson manifestera sa surprise, preuve
#ApprendreAvec Dedys ,  3 questions à Avigal Amar-Tuillier