Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2014

Accessibilité, recherche sur les styles cognitifs et multimédia

De nombreuses études attestent de différences individuelles importantes dans le traitement de l’information, tant au niveau de la perception qu’à un niveau plus complexe, impliquant des processus de métacognition. Bien qu’il soit difficile de dresser une taxonomie de ces différences de style cognitif, l’existence d’un style visuel-verbal, en relation certaine avec des processus mnésiques, attentionnels et les fonctions exécutives (métacognition), semble attestée. Le modèle à trois dimensions de Kozhevnikov a plusieurs fois été démontré avec notamment une concordance entre le style cognitif et les capacités. Les personnes qui déclaraient avoir une préférence pour les aspects picturaux de l’objet ou pour les aspects spatiaux, étaient celles qui possédaient le plus de compétences effectives dans le domaine. Appliquée au multimédia, la recherche sur les styles cognitifs peut s’avérer riche en développement. Dans la mesure où le numérique, et notamment l’usage des tablettes, offre la possibi…

Deux types d'intelligence visuelle

Selon Kozhevnikov (2010), il paraît clair qu’il existe deux formes ou composantes d’intelligence distincte, une intelligence visuelle qui s’attache à traiter l’information selon les apparences, les propriétés de l’objet, la texture, la couleur, la taille et une intelligence spatiale plus centrée sur la position et les relations de l’objet dans l’espace, capable de manipuler en pensée l’objet dans son environnement.

La manière de produire, d’inspecter, de transformer et de manipuler des images différerait sensiblement selon les individus et selon leur forme d’intelligence. Et il ne serait pas possible d’expliquer ces variations qualitatives par un niveau d’intelligence générale ou facteur G.

Selon Kozhevnikov, l’intelligence visuelle de l’objet ou la capacité de traiter toutes les propriétés picturales concrètes d’un objet a été longtemps négligée, alors qu’elle constitue bien une dimension particulière de l’intelligence visuelle.

A l’inverse, la composante visuo-spatiale a été bien p…

L'autisme,un style cognitif particulier?

Parmi les causes explicatives de l’autisme, la plus entendue est l’existence d’un déficit de la théorie de l’esprit (Frith, Leslie et Baron-Cohen 1995), mis en avant par les expériences dites de fausses croyances. Mais ces dernières années, plusieurs chercheurs ont émis l’hypothèse que l’autisme serait davantage lié à un trouble de la cohérence centrale. On trouve également une tendance croissante à désigner l’autisme comme un style cognitif particulier, avec des particularités dans le fonctionnement de la théorie de l’esprit, des fonctions exécutives, de la cohérence centrale, de la reconnaissance des émotions chez soi comme autrui et du traitement perceptif de bas-niveau. L’autisme ne serait pas tant un trouble en soi qu’un mode particulier de traitement de l’information, affectant à tous les niveaux les représentations mentales (Happé, 1999). Ce point de vue serait justifié par l’insuffisance des théories explicatives de l’autisme et l’absence d’une vision scientifique unifiée (Hap…

10 principes pour mieux enseigner

•Toujours donner des exemples •Faire la chasse à ce que les anglo-saxons nomment les mi-conceptions • Entraîner à la catégorisation •Bannir les exercices par essai erreur •En mathématiques, travailler sur des problèmes déjà résolus •En compréhension de texte, travailler la production d'inférences •Travailler la compréhension a partir de différents supports, texte, image, animation •Travailler  la lecture (observation, déduction) de l'image •Porter une attention particulière aux modes de présentation du matériel pédagogique et favoriser le numérique •Éviter toute situation de surcharge cognitive